[ENG-FR] African Diaspora Women #Changemakers – Portrait of Binta SAGNA, founder and president of La Senegauloise

Written by ADEPT

26 November 2018

I am Binta Sagna, founder and president of La Senegauloise, a creative agency promoting social link for the benefit of entrepreneurship and development. I have led many youth, women and entrepreneurship programs that have resulted in the creation of a powerful network of African women who manage international projects and events. Our network embraces experienced entrepreneurs, artists, personalities from the academic, industrial, political, economic and scientific sectors. I have participated in various working groups of NGOs and associations that monitor and implement the 2030 Agenda resolution on the Sustainable Development Goals. I have received many awards and honors over the last 2 years. In 2017, I was nominated by South African Magazine Tropics as one of the 365 most influential people on the African continent.

As for my childhood memories, they are not a simple return from the past. They constitute our identity. They are the guarantee that we have a past, and when we have a past, we are sure we have a history and we can think of a future. My childhood memories are a great source of energy. They are my source of inspiration for my projects that integrate part of my childhood. For instance, I founded the Malian Leadership Initiative, a prize rewarding the actors of the Malian diaspora, that I had thought at a young age. Or, I am currently working on a program called “papegaai”, referring to our parrot from Senegal, a pet from my childhood.

While speaking about my family, my parents migrated to France in 1969, my mother was only 18 years old and my father was 21 years old. It is hard to imagine what does it mean to migrate so young to an unknown country. Young migrants represent more than 10% of international migrants and, being the most mobile social group, they form the bulk of the migratory movements. Sometimes, I have the impression that we forget this specificity related to migration youth. When you are young, you have dreams, ambitions, projects, challenges and risk taking that comes with, of course. My parents took this challenge as an opportunity to access a better life, to work and to encourage their children to continue their education, to improve their skills and to open up career opportunities. The context of my parents has changed since. Today, we face high youth unemployment and the lack of decent jobs creation. In France, in the 1960s finding a job was not so difficult as long as one wanted to work.

I was born in France. This is probably the best gift from my parents. Today, my body is in Europe, but my soul is in Africa, because the reality of our skin color and our origins is an anchor that must be fully assumed with pride, without obsession or use to make victim claims. I arrived in Belgium following many job opportunities present here.

  1. Tell us about your career path. What motivates and inspires you in your work?

I did post-graduate studies in France and I held managerial positions in major French and American groups, but that’s not what makes me the proudest. My pride lies in my autonomy to create enterprises even if it was extremely formative. It is often necessary to go through a classic professional career in a company to get to know oneself and develop one’s leadership, it’s even fundamental.

  1. What are the difficulties you encounter as a woman and as a migrant?

I prefer to use the term challenges rather than difficulties. I found that the term is used more for men than for women. If we advocate for gender equality it is important to adapt our language to encourage women with challenges, ambitions and projects. The major challenge in my opinion is to speak the language of the host country. For Belgium it is Dutch. Knowledge of the language is a necessary condition for the integration of migrants into the country of arrival, whether to enter the territory, to obtain the authorization of permanent residence or to acquire nationality.

A large number of European countries, including Belgium, are implementing different language training programmes that are sanctioned by tests, and some are even free.

  1. What do you think our societies need to do better to ensure women’s full participation in the political, social, economic and cultural life of our societies?

Political life governs many aspects. I encourage women to participate actively in it. If women are overall more present in our societies, their presence in governments is still very little. Indeed, the situation is probably due to the fact that governments block the rise of women; the high functions remain out of reach of women, because they touch the sovereign dimension of the state, and therefore, a fortiori, the presidency. Much remains to be done in this direction, both in Africa and for the rest of the world. Some recent studies showed that more women are present in national and local political arenas, the more corruption is reduced. Although this probably does not mean that the woman is inherently less corrupt.

  1. How do you see the role of the African diaspora in the development of the continent at all levels?

The role of the African diaspora in the development of the continent is crucial, as this diaspora is educated, skilled and ingenious. Today, more and more members of the diaspora are starting to do business in the countries where they have been born thanks to money transfers, business creation, various investments, technological and cultural innovation on the continent. I drive Europe’s largest exhibition dedicated to Africa and the Caribbean. We value the actions of the diaspora that create the bridge between the two cultures, those of the host country and the country of origin. I love to say that there is not only one diaspora, but many diasporas. Oure exhibition, the United Africa, has many years of experience in this area. Since 2006, the association works for education goals. The idea is to provide daily school support to children from immigrant backgrounds while making them discover the diversity of culture through artistic creation. The organization of the show is an annual event promoting the African continent.

  1. What message would you send to the girls? To other women to inspire them and give them an example?

Be “unconventional” women who play with the weight of stereotypes and embrace so-called “masculine” professions. Be women who do not systematically enter the codes, be women who are in a position to break with the image that society attributes to them through stereotypes. To do this, you must persevere in your professional choices, have the most qualifications and resist the social pressure of the first decade of your professional career to gain the most experience.

 

****************************************

Version française  

Je suis Binta Sagna, fondatrice et présidente de La Senegauloise, une agence créative basée sur le lien social au profit de entrepreneuriat et du développement. J’ai dirigé de nombreux programmes liés à la jeunesse, aux femmes et à entrepreneuriat qui a abouti à la création d’un puissant réseau de femmes africaines qui gèrent des projets et événements d’envergure internationale. Notre réseau s’appuie sur des entrepreneurs chevronnés, des artistes, des personnalités du secteur académique, industriel, politique, économique et scientifique. J’ai participé à divers groupes de travail d’ONG et associations qui surveillent et exécutent la résolution de l’agenda 2030 relatif au Objectifs de développement durable. J’ai reçu de nombreux prix et distinctions ces 2 dernières années. En 2017, j’ai été désignée par le magazine sud-africain Tropics comme l’une des 365 personnes les plus influentes du continent africain.

Quant’à mes souvenirs d’enfance, ils ne sont pas pour autant un simple retour du passé. Ils constituent notre identité. Ils sont la garantie qu’on a un passé, et quand on a un passé, c’est qu’on est sûr d’avoir une histoire et qu’on peut donc penser à un avenir. Mes souvenirs d’enfance sont une formidable source d’énergie, je les travaille, les utilise comme matière de création et d’inspiration dans mes projets qui intègrent une partie de mon enfance. Pour anecdote j’ai fondé le Malian Leadership Initiative, un prix récompensant les acteurs/trices de la diaspora malienne, que j’avais pensé toute jeune, voir adolescente, au moment de voir les filles et femmes maliennes de talent. Ou encore, je me penche actuellement sur un programme nommé “papegaai”, faisant référence à notre perroquet du Sénégal, un animal de compagnie qui m’a beaucoup touché pendant mon enfance.

Pour en revenir à ma famille, mes parents ont migré en France en 1969, ma mère n’avait que 18 ans et mon père 21 ans. Il est difficile d’imaginer ce que c’est de migrer si jeune vers un pays inconnu. Les jeunes migrant.e.s représentent plus de 10 % des millions de migrant.e.s internationaux et, comme ils sont le groupe social le plus mobile, ils forment l’essentiel des mouvements migratoires. Parfois, j’ai l’impression qu’on oublie cette spécificité liée à la jeunesse migratoire. Quand on est jeune, on a des rêves, des ambitions, des projets, des défis et une prise de risques qui vient avec, bien évidement. Ce défi pour mes parents représentait l’occasion d’accéder à une vie meilleure, de travailler et inciter leurs enfants de poursuivre leurs études, de nous permettre d’améliorer nos compétences et nous ouvrir des perspectives professionnelles. On ne parle jamais assez des aventures et des défis associés à la vie dans un autre pays. Le contexte de mes parents a évolué depuis. Aujourd’hui, cette émigration s’inscrit dans un contexte de fort chômage des jeunes et d’absence de création d’emplois décents chez eux et dans le pays d’accueil. En France, dans les années 60 trouver un travail n’était pas si difficile tant qu’on était volontaire.

Je suis née en France. Cela est, probablement, le meilleur cadeau de mes parents. Aujourd’hui, mon corps est en Europe, mais mon âme est en Afrique, car la réalité de notre couleur de peau et de nos origines est un ancrage qu’il faut pleinement assumer avec fierté, sans en faire une obsession ou en user à tord pour faire des revendications victimaires. Je suis arrivée en Belgique en suivant de nombreuses opportunités d’emploi.

  1. Racontez – nous votre parcours professionnel. Qu’est-ce qui vous motive et vous inspire dans votre travail ?

J’ai fait des études supérieures universitaires en France et j’ai occupé des fonctions de manager dans de grands groupes français et américains, mais ce n’est pas ce qui me rend le plus fière. Ma fierté réside dans mon autonomie à créer et entreprendre, même si cela a été extrêmement formateur. Il faut souvent passer par une carrière professionnelle classique en entreprise pour apprendre à se connaitre et développer son leadership, c’est même fondamental.

  1. Quels sont les difficultés que vous rencontrez en tant que femme et en tant que migrante ?

Je préfère utiliser le terme défis plutôt que difficultés. J’ai constaté qu’on utilise davantage ce terme en s’adressant aux homme, qu’aux femmes. Si nous militons pour l’égalité homme-femme il est important d’adapter notre langage pour encourager les femmes qui ont des défis, des ambitions, des projets. Le défi majeur selon moi est de parler la langue du pays d’accueil ? Pour la Belgique il s’agit du néerlandais. La connaissance de la langue est une condition nécessaire à l’intégration des migrant.e.s dans le pays d’arrivée, qu’il s’agisse d’entrer sur le territoire, d’obtenir l’autorisation de résidence permanente ou d’en acquérir la nationalité. Un grand nombre de pays européens, y compris la Belgique, mettent ainsi en place de différentes politiques de formation linguistique sanctionnées par des tests, certains dispositifs sont même gratuits.

  1. Qu’est-ce que, d’après vous, nos sociétés doivent faire mieux pour assurer une participation à part entière des femmes à la vie politique, sociale, économique et culturelle de nos sociétés ?

La vie politique régit beaucoup d’aspects. J’encourage les femmes à y avoir une participation active. Si les femmes sont davantage actives, leur présence dans les gouvernements reste encore trop timide. En effet, la situation est probablement due au faut que les gouvernements bloquent l’ascension des femmes ; les hautes fonctions restent hors de portée des femmes, car elles touchent à la dimension régalienne de l’État, et donc, a fortiori, à la présidence. Il reste beaucoup à faire dans ce sens, autant en Afrique, que pour le reste du monde. Pour la première fois, il a été démontré[1] que plus il y a de femmes dans les arènes politiques nationale et locales, plus la corruption est réduite. Bien que cela ne signifie probablement pas que la femme est par nature moins corrompue.

  1. Comment voyez-vous le rôle de la diaspora africaine dans le développement du continent à tous les niveaux ?

Le rôle de la diaspora africaine dans le développement du continent est crucial, dans la mesure où cette diaspora est instruite, qualifiée et ingénieuse. Aujourd’hui, les membres de la diaspora sont de plus en plus nombreux à se lancer dans les affaires dans les pays qui les ont vus naître grâce aux transferts d’argent, à la création d’entreprises, aux divers investissements, à l’innovation technologique et culturelle sur le continent. Je pilote le plus grand salon d’Europe dédié à l’Afrique et aux Caraïbes. Nous valorisons les actions de la diaspora qui créent le pont entre les deux cultures, celles du pays d’accueil et du pays d’origine. J’aime dire qu’il n’y a pas qu’une diaspora, mais des diasporas. Notre salon, le salon Afrique Unie, a de nombreuses années d’expérience en la matière. Depuis 2006, l’association œuvre en faveur de l’éducation ; le but étant d’apporter un soutien scolaire journalier aux enfants issus de l’immigration tout en leur faisant découvrir les richesses de la culture à travers la création artistique. L’organisation du salon est un événement annuel valorisant le continent africain.

  1. Quel message enverriez-vous aux jeunes filles ? A d’autres femmes pour les inspirer et leur donner un exemple ?

Soyez des femmes « non-conventionnelles » qui se jouent du poids des stéréotypes et embrassent des professions soit disant dites” masculines”. Soyez des femmes qui ne rentrent pas systématiquement dans les codes, soyez des femmes qui se positionnent en rupture avec l’image que la société leur attribue par le biais des stéréotypes. Pour ce faire, il faut persévérer dans vos choix professionnels, avoir le plus de qualifications possibles et résister à la pression sociale de la première décennie de votre carrière professionnelle afin d’acquérir le plus d’expérience.

[1] Une analyse approfondie des données de 125 pays en 2018 a permis de mettre en évidence le lien direct entre la corruption et la représentation des femmes en politique. Chandan Jha (Le Moyne College, New York) et Sudipta Sarangi (Virginia Tech, Blacksburg) ont publié les conclusions de leurs recherches dans la revue scientifique Journal of Economic Behavior & Organization.

 

You May Also Like…

UNNM Annual Meeting

The annual meeting of the United Nations Network on Migration (UNNM)  took place on 18-19 October 2022, and ADEPT team...

ADEPT’s Activities report 2021

ADEPT’s Activities report 2021

During this year, everyone worked together to survive the COVID-19 pandemic. National and local governments, NGOs,...