#BeyondAid: réorienter les relations Afrique-Europe

Written by ADEPT

8 décembre 2020

#BeyondAid:

Réorienter les relations Afrique-Europe

 

Alors que les institutions européennes ont engagé des négociations avec des partenaires africains en vue de définir conjointement une nouvelle stratégie globale de l’UE avec l’Afrique, ADEPT et Meridia Partners ont co-organisé une série d’événements entre septembre et octobre 2020, couvrant cinq thèmes pertinents pour un partenariat véritable et équitable entre l’Afrique et l’Europe: dette, migration, jeunesse, climat, commerce et investissement.

Les discussions visaient à accroître la part de voix du secteur privé africain, de la société civile et des organisations de la diaspora dans le cadre du prochain sommet UA-UE en 2021. Elles visaient à discuter de la capacité d’aligner les priorités de l’Afrique et de l’Europe, et le récit d’une relation Afrique-Europe renouvelée, qui met l’accent sur le passage de la dépendance au partenariat.

Voici un rapport récapitulatif des principales aperçus et idées qui ont émané des événements.

 

DETTE

  1. Pour avoir une chance de dépasser la relation archaïque donateur-bénéficiaire et de respecter l’engagement de l’UE à construire un « partenariat entre égaux », l’allégement de la dette devrait faire partie intégrante de la stratégie globale de l’UE avec l’Afrique.
  2. La pandémie actuelle est l’occasion pour l’UE de prendre la tête de l’annulation de la dette de l’Afrique et de créer un précédent important en coordonnant une réponse mondiale. Les Africains n’oublient pas que le paiement de la dette est l’une des causes profondes de l’état actuel des infrastructures de santé publique à travers le continent. Rien qu’en 2019, la plupart des pays ont dépensé beaucoup plus pour le paiement de la dette que pour la santé publique.
  3. L’allégement de la dette, le commerce et l’aide sont interdépendants. Les États africains doivent tout mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de bonne gouvernance, lutter contre la corruption et la fraude, ouvrir leurs économies et libéraliser les échanges. D’un autre côté, les États membres de l’UE, en particulier ceux qui sont en faveur d’une plus grande conditionnalité, doivent clarifier leurs positions.
  4. Alors que l’annulation de la dette a le potentiel de libérer plusieurs milliards de dollars par an en ressources que certains pays peuvent utiliser pour le développement, les États africains devraient créer des groupes de travail au niveau national pour s’attaquer de manière cohérente au problème de l’annulation de la dette privée sans compromettre l’accès à long terme au capital.
  5. L’Afrique et l’UE devraient collaborer étroitement pour garantir que l’allégement de la dette ne soit pas utilisé par les gouvernements africains pour payer des intérêts élevés aux prêteurs privés, à un moment où l’argent public est désespérément nécessaire pour gérer les conséquences socio-économiques de la pandémie du Covid-19.
  6. L’annulation de la dette est dans l’intérêt de l’UE et de ses États membres. Les conséquences sociales et économiques de la crise en Afrique seront amplifiées si les États africains ne peuvent plus accéder aux financements internationaux – avec un impact direct sur les conflits et les flux migratoires.

MIGRATION

  1. Les dirigeants africains et européens doivent aller au-delà de la rhétorique des « continents frères » et accepter simplement de ne pas être d’accord : leurs intérêts diffèrent considérablement sur un certain nombre de questions importantes, notamment l’agriculture, la gouvernance, la valeur sociétale, la justice pénale internationale ou la migration.
  2. La migration et la sécurité vont de pair. Alors que 80% des flux migratoires se font en Afrique, il est grand temps que l’UE s’attaque aux causes profondes de la migration et s’efforce de mieux comprendre les véritables objectifs, motivations et ambitions des migrants africains. D’un autre côté, un système de gestion des migrations ambitieux, fiable et efficace par l’UA pourrait rendre ses États membres pleinement responsables.
  3. Il s’agit de créer des emplois. Il est temps de placer le secteur privé au centre des discussions sur la migration entre l’Afrique et l’UE. Sur cette question aux multiples facettes, les organisations du secteur privé peuvent identifier des solutions et des goulots d’étranglement à chaque étape de la prise de décision.
  4. En Afrique, le leadership local peut jouer un rôle dans la prévention. Les politiques publiques qui autonomisent les décideurs locaux devraient être encouragées en tant que domaine important de coopération entre l’Afrique et l’Europe.
  5. Sur cette question, et sur bien d’autres, l’UE doit parler à « Une Afrique ». Alors que l’Afrique se dirige vers l’intégration continentale, les cadres de dialogue qui se chevauchent de l’UE (à travers l’UA, l’OACPS et la politique européenne de voisinage) résonnent comme de vieilles structures qui perpétuent la fragmentation politique – et la concurrence. Il est temps de rationaliser ces cadres et d’aborder l’Afrique d’une manière qui reflète les aspirations du continent africain. Dans ce contexte, le rôle des diasporas africaines ne doit pas être sous-estimé.
  6. L’Europe a besoin d’une diplomatie publique appropriée et d’une stratégie de sensibilisation qui va au-delà des campagnes d’information unilatérales pour aider à clarifier les objectifs et le positionnement européens tout en affinant sa capacité à écouter ce qui se passe réellement sur le terrain. Cela vaut tant pour l’UE que pour ses États membres.

YOUTH ENTREPRENEURSHIP

  1. Derrière la crise actuelle se cache une occasion unique de stimuler l’entrepreneuriat des jeunes, la numérisation et la transition verte. Les progrès dans ces trois domaines – qui sont des priorités clés énoncées dans la nouvelle stratégie de l’UE avec l’Afrique – ne se feront pas sans une implication massive des organisations de jeunesse africaines.
  2. L’autonomisation des jeunes ne peut se faire sans une gouvernance améliorée. L’incapacité des gouvernements africains à répondre aux besoins des jeunes est une cause profonde de troubles politiques et d’instabilité.
  3. Investir dans les capacités numériques est la voie à suivre, d’autant plus que l’Afrique a fait preuve de leadership dans les innovations en matière d’argent mobile et de fintech, désormais reproduites dans le monde entier. Dans ce contexte, tant l’UE que l’UA doivent d’urgence moderniser leurs canaux et réseaux et améliorer leur accès à des idées concrètes et réalistes pour stimuler l’innovation et l’emploi. Les organisations de jeunesse africaines et les réseaux de la diaspora devraient être leur premier point de contact pour trouver des idées brillantes pour connecter et soutenir les écosystèmes d’innovation locaux.
  4. L’UA devrait prendre l’initiative de créer une plate-forme pour améliorer l’accès aux subventions et aux possibilités de financement de l’UE.
  5. En raison du Brexit, il est de plus en plus important d’impliquer les organisations de jeunesse de la diaspora des États membres de l’UE qui n’ont pas de liens historiques et traditionnels avec l’Afrique. Amplifier leurs voix peut aider à remodeler le dialogue entre les deux continents, mettre en évidence les priorités stratégiques, les défis et les solutions (par exemple en termes de transfert de connaissances, d’analyse sectorielle ou de production locale) et, dans l’ensemble, éviter l’échec de l’imagination politique.
  6. L’UE devrait être un meilleur auditeur. Les décisions passées ont montré qu’il ne pouvait pas saisir pleinement le manque d’intérêt et les niveaux de frustration qui traversent les pays africains, en particulier avec les jeunes Africains. La Commission européenne ne peut pas toujours se rabattre sur la migration, les valeurs et d’autres questions d’intérêt personnel, alors que la recherche et la création d’emplois sont ce sur quoi se concentrent les jeunes Africains.
  7. Étant donné que plus de la moitié de la main-d’œuvre mondiale devra se re-qualifier dans l’avenir du travail, les gouvernements doivent investir dans l’infrastructure numérique nécessaire pour permettre à la population largement jeune d’Afrique et à la nouvelle génération d’entrepreneurs technologiques de prospérer.

CLIMATE

  1. L’Afrique n’a pas besoin de plus d’aide. Ce dont l’Afrique a besoin de toute urgence à l’heure actuelle, c’est d’un partenaire solide et fiable qui peut aider à co-construire des solutions de gestion de l’énergie pour répondre aux besoins immédiats de ses populations. L’accès à une énergie sûre, abordable et durable et davantage d’investissements dans les infrastructures énergétiques africaines devraient être l’un des moteurs du partenariat Afrique-UE.
  2. La diplomatie climatique doit être au centre des politiques étrangères de la plupart des pays africains et, très certainement, un axe important de leurs relations futures avec l’UE. De même, l’action climatique centrée sur les personnes devrait sous-tendre toutes les politiques africaines, à tous les niveaux de l’élaboration des politiques (du local, national, régional au continental).
  3. Le plan de la Banque européenne d’investissement (BEI) visant à accroître sensiblement l’engagement en Afrique est une évolution bienvenue. Cependant, il est important pour la BEI, par le biais de sa nouvelle politique de prêts énergétiques, d’aligner étroitement son financement sur les réalités locales et de collaborer avec les institutions locales pour répondre efficacement aux besoins des communautés les plus vulnérables au changement climatique.
  4. L’Union africaine devrait lancer des consultations ouvertes et transparentes sur un programme de croissance verte UE-Afrique, en mettant l’accent sur des intérêts communs: les investissements verts et la création d’emplois.
  5. Un accord vert « avec » l’Afrique pourrait être le test ultime d’un véritable partenariat d’égal à égal entre les deux continents. De manière réaliste, il ne peut réussir sans répondre aux préoccupations de l’Afrique et sans prendre en compte les aspirations concrètes de tout l’éventail des parties prenantes africaines, et pas seulement les institutions basées à Addis.
  6. Il est dans l’intérêt des institutions de l’UE de tendre la main aux organisations du secteur privé africain et de clarifier comment le Green Deal de l’UE ne créera pas de distorsions commerciales et n’imposera pas de nouvelles barrières aux exportations africaines.

TRADE

  1. L’UE doit réévaluer ses politiques commerciales à l’égard de l’Afrique, en termes de pertinence, de cohérence et de durabilité. Les accords passés étaient trop axés sur le commerce et moins sur l’investissement.
  2. Le fait que les dirigeants africains poussent de l’avant avec leur propre programme commercial et cherchent à accélérer la mise en place d’une zone de libre-échange continentale (ZLECA), afin de stimuler le commerce intra-africain, est un signal clair que le commerce et l’investissement sont au sommet Programme de développement de l’Afrique. Soutenir la mise en œuvre de la ZLECAf devrait être une priorité absolue du partenariat Afrique-UE.
  3. L’UA et ses États membres devraient assurer la consultation des parties prenantes sur les politiques commerciales Afrique-UE et inclure le secteur privé et la société civile dans le processus de prise de décision. La réalisation de l’ambitieux programme commercial de l’Afrique exigera une communication stratégique et une sensibilisation proactive.
  4. Alors que l’UE est en train de rattraper non seulement la Chine, mais aussi d’autres acteurs mondiaux, les décideurs et les entreprises européens doivent prendre conscience d’une nouvelle réalité: l’investissement et la diversification économique sont en tête du programme de développement de l’Afrique. Il ne s’agit plus d’aide, mais d’apporter de la valeur, c’est-à-dire des solutions pratiques et locales au bénéfice des sociétés africaines.
  5. L’UE devrait encourager la diversification des exportations africaines. Conformément à l’engagement de l’UE en faveur d’un «  partenariat d’égal à égal  », il est temps de réévaluer les facteurs qui limitent les capacités d’exportation des entreprises africaines et d’examiner les moyens d’accroître la pertinence du schéma de préférences généralisées (SPG) de l’UE pour l’Afrique , étant donné que le continent compte le plus grand nombre de bénéficiaires du SPG, mais ne représente que moins de 5% de toutes les importations du SPG vers l’UE.

 

Nous aurons besoin de toute notre créativité combinée dans les années à venir pour faire place à un véritable partenariat d’égal à égal entre l’Afrique et l’Union européenne.

Ce partenariat a plus que jamais besoin de vision, d’inspiration et d’imagination.
Parmi les nombreuses dynamiques en jeu dans ce partenariat, il y a un échec de la communication stratégique. L’une des caractéristiques positives de la nouvelle stratégie de l’UE avec l’Afrique est qu’elle oblige les deux parties à canaliser tous leurs espoirs, ambitions, craintes, valeurs et rêves dans cette relation spéciale. Il confirme également – enfin – que l’histoire Nord-Sud, axée sur l’aide, est un récit déficient qui n’explique guère la complexité des relations Afrique-UE, et encore moins pour nous guider vers l’avant.

Il existe certainement de nombreux clivages entre l’Afrique et l’Europe sur la dette, les migrations, la jeunesse, le climat, le commerce et plusieurs autres questions – mais nous progressons encore sur de nombreux autres fronts. Pour y répondre, nous devrons mettre de côté cette histoire unique et désuète et développer de nouvelles façons de se parler (et de s’écouter).

You May Also Like…

FICHE IMPACT DE SHEKINA

FICHE IMPACT DE SHEKINA

Dans le cadre du programme MODAL  ( qui regroupe 11 projets de développement dans différents domaines :...